editions juridiques pratiques

    Nous mettons tout en œuvre
pour vous répondre rapidement.
          Contact rédaction



Savoir faire culinaire : aucun risque !

Cours de cuisine à domicile
 

Le secteur est très porteur en ce moment. Vous aimez et savez cuisiner ? Mettez votre savoir faire au service des autres, en gagnant de l’argent, chaque dimanche ou plus... L’investissement est très faible : vous disposez déjà du matériel, et n’avez besoin d’aucun local, puisque les cours se dérouleront chez-vous, dans votre cuisine.

cours de cuisineIl est aussi possible de se faire accueillir chez un participant, dans ce cas, offrez-lui la formation. Vous devrez juste emmener les ingrédients nécessaires et vos ustencils éventuellement. Et pourquoi ne pas mettre en place un système dans lequel un participant essayerait de vous trouver des clients pour la séance suivante, et de vous accueillir chez lui, en contre partie de la gratuité du repas préparé en commun !


Les cours sont collectifs pour assurer une plus grande de rentabilité. Tout dépend de la grandeur de votre appartement. Trois à cinq personnes semblent être la bonne moyenne. Le matin, vous préparez le repas du midi (une autre séance est possible le soir également) que vous dégusterez ensuite, et terminerez par des tours de main, astuces pour réussir, etc. Complétez en fournissant quelques recettes faciles. Le prix par personne variera selon les régions, le niveau de l’enseignement qu’il vous appartient d’offrir, et le type de menu + vins servis. En moyenne, les prix observés sont compris entre 55 et 100 euros par personne. Votre bénéfice devrait tourner autour de 40 à 60 % de marge.

On peut envisager une rentabilité intéressante. A raison de 10 participants par semaine (sur 1 ou 2 jours, matin et soir) avec pour chacun, à raison de 65 euros sur lesquels votre marge nette sera de 45 % (la moitié étant destinée aux ingrédients et vins, charges sociales et impôts inclus), votre bénéfice pourrait tourner autour de… 550 euros nets pour le mois. Ces chiffres sont donnés à titre indicatif.


Le statut juridique


Le statut de la micro entreprise (auto entrepreneur) semble tout indiqué au démarrage de l'activité. Aucun risque, vos charges sociales et impôts sont compris dans un pourcentage par rapport au chiffre d’affaires réalisé. L'avantage : vous connaissez d'avance le montant de vos charges sociales et impôts sur le revenu. L'inconvénient : votre chiffre d'affaires annuel est plafonné (Voir le site autoentrepreneurs). Lorsque le plafond maximum sera atteint, vous pourrez choisir un autre statut. Si vous êtes seul (e) préférez la plutôt SASU que la EURL. Et si vous êtes deux créateurs et plus, adoptez le statut de la SAS (plutôt que celui de la SARL).

 

∆ Autres articles sur le même thème :
Repas faits maison

Site sas-sasu